Nos équipements préférés

Au sujet de cette rubrique...


Cette rubrique est destinée à faire connaître une ou plusieurs de vos armes à poudre noire préférées. 
Description, atouts, palmares, photos seront les bienvenus. Evitez de recopier une fiche spécialisée, personnalisez votre présentation.
La rubrique "ajoutez un commentaire", vous permet d'apporter une remarque, un complément d'information ou une précision. (tout commentaire sans intêret par rapport à l'article sera supprimé).

Francis a aimé :  le BROWN BESS "New Land Pattern" -  1802

brown bess new land pattern

Contexte historique du Brown bess       « New Land" de 1802 fait par Henry Nock avec le marquage de la compagnie des indes (Venerable East India Company)
Traduit du texte de Gareth Newfield, par Francis. Photos fournies par Francis.

Le Brown Bess comprend plusieurs dérivés,Long Land et Short Land, India Pattern, New Land Pattern ainsi que le Sea Service Pattern.
Après la signature de la paix d'Amiens entre la Grande-Bretagne et la France en 1802, des appels d’offre ont été lancés pour la production d'un mousquet plus raffiné suite à l'adoption généralisée du meilleur modèle indien ( indian pattern)au moment de la Révolution française.
Le modèle New Land résultant était essentiellement un hybride copié à partir du modèle indien et de plusieurs fusils expérimentaux produits au cours des années 1790.
Fortement influencé par les conceptions antérieures du célèbre fabricant de pistolets londonien Henry Nock, (le Nicolas Boutet d’outre-manche), le nouveau fusil avait plusieurs caractéristiques progressives, y compris une crosse simplifiée et des garnitures en laiton simplifiées pour faciliter la fabrication. La platine aplatie possédait un chien renforcé, copié sur le chien règlementaire français, et les ressorts internes étaient maintenus en place par des axes au lieu de vis. En commun avec beaucoup d'armes de Nock, la baguette possède une section évasée au-dessous de l'extrémité de bouton pour la retenir dans le canal de baguette et empêcher la perte. Une innovation supplémentaire a été le maintien du canon de 42 pouces par des clavettes plates plutôt que des goupilles cylindriques, ce qui permet au mousquet d’être plus facilement démontable.
Dans le même temps, la création des 43e et 52e régiments d’infanterie légère en 1803 a occasionné la demande d'une arme pour équiper ces troupes spécialisées.
En conséquence, des ordonnances ont été émises pour une version modifiée du Nouveau Land Pattern, en précisant que "Le canon doit être bruni, et une hausse rainurée sera fixée au bout de la queue de culasse ..." ceci pour améliorer la visée".
Bien que plusieurs centaines de ces fusils aient été livrés pour essai, leur qualité était mauvaise , et leur utilisation est par conséquent limitée. De plus, la reprise de la guerre avec la France napoléonienne a réduit cette année la production des deux variantes du New Land Pattern en faveur du modèle indien moins cher et plus facilement disponible.

Anecdote relative à son fabricant  Henry Nock, qui fut un tres grand armurier en son temps en Angleterre, l'equivalent de Nicolas Boutet chez nous a la meme epoque : à sa mort, son entreprise fut reprise par son gendre plus specialisé dans les armes blanches, un certain WILKINSON qui a donna son nom, tres longtemps apres aux rasoirs WILKINSON encore utilises actuellement.

Francis a aimé : le Springfield modèle 1863

Springfield Mle 1863 fabriqué en 1864 Par Lamson Goodnow & Yale à Windsor dans le Vermont

Très semblable au Enfield mais fabriqué dans les arsenaux américain le mousquet Springfield est la principale arme réglementaire du fantassin américain. Calibre 58  leur canon rayé de trois profondes rayures assurent la précision la hausse, a trois feuillet est moins versatile que celle de l’arme britannique mais suffisamment précise. Sa taille est identique au 3 bandes Enfield.
 
En 1861, Robbins & Lawrence, fabricants d’armes à  Windsor dans le Vermont font faillite.
Les nouveaux propriétaires de l'usine, Lamson, Goodnow & Yale, étaient basés à Shelburne, Massachusetts. Ces fabricants de faux, de couteaux, de cuillères et de fourchettes  se sont spécialisés dans  les machines-outils. Ils ont acheté la fabrique d’armes  à un prix avantageux, puis ont ajouté des machines à coudre à leur Ligne de produits.
Ebenezer Lamson, qui était responsable des opérations de l'entreprise à Windsor, était aussi un pur abolitionniste de l’esclavage.
Avec la sécession des états du Sud en 1861 et le début de la guerre civile, Un grand intérêt a été porté  à la fabrication d'armes à feu, de pièces de rechange pour armes à feu et de machines-outils pour la réalisation  de ces armes.
Lamson est allé à Washington, DC, et a obtenu deux contrats pour fabriquer 50 000 fusils. Le 1er contrat le 11 juillet 1861 pour 25000 fusils, le 2ème contrat le 7 octobre 1861 pour 25000 autres fusils. 50019 fusils ont été livrés au gouvernement avant le 30 juillet 1863. Le gouvernement a arrêté d’acheter le modèle spécial 1863 le 28 décembre 1864.
Le fusil présenté ici, est le 2936ème fusil de la dernière commande.
Ce contrat a eu un impact énorme sur l’économie de la ville de Windsor. Cette petite bourgade  du Vermont de 1670 habitants a joué un rôle essentiel dans l'armement de l'Union pendant la guerre civile.
À l'automne  1862, la fabrication d'armes pour l'Union a été répartie parmi l'arsenal de Springfield (Massachusetts) et 24 entrepreneurs privés, dont Colt, qui partageaient librement des pièces et des informations. Lamson, Goodnow et Yale ont fabriqué plusieurs machines-outils utilisées dans toutes ces usines. Au total, jusqu'à un tiers des fusils du modèle 1861 ont été fabriqués dans les usines sur un grand nombre de machines LG & Y. Ajoutez à cela des dizaines de milliers de carabines, pistolets et baïonnettes fabriqués sur des machines LG & Y. 



illustration du commentaire de Michel sur Springfield 1863 (ci dessus)